Juin 07

 

Trois axes, dix objectifs et quarante actions. Deux ans, c’est le temps qu’il aura fallu pour qu’Aubervilliers élabore son Agenda 21. Long ? Court plutôt quand on voit le soin apporté à la conception de ce plan en faveur du développement durable. Rien de cosmétique, que du concret et de l’ambitieux… Présentation publique en octobre.

C’était en 1992, lors du sommet de la Terre de Rio. La sonnette d’alarme générale avait été déclenchée. « En continuant comme cela, nous allons droit dans le mur », un diagnostic partagé par les 173 chefs d’Etat présents. Notre planète qui s’épuise, les inégalités Nord-Sud, les pollutions, le climat qui se dérègle… 20 ans plus tard, un nouveau sommet de Rio est programmé ce mois-ci.
Et entre les deux ? Beaucoup de déclarations d’intention mais peu de vrais engagements pour corriger le tir…

Une crise peut en cacher une autre

Aujourd’hui, la crise économique est là, qui s’impose par sa dureté, reléguant dans les esprits la crise écologique. Pour autant, le constat fait il y a deux décennies est plus que jamais d’actualité.
La grande idée de Rio, première version, avait été de lancer un Agenda 21 (21 comme 21e siècle). Soit un plan d’actions pour un développement durable de notre planète. La méthode ? Fixer des objectifs généraux et s’appuyer sur les échelons de proximité pour les atteindre peu à peu. A chaque pays de se mobiliser. Et au sein de son territoire, aux collectivités locales, villes et régions de mettre en place des pratiques soutenables.

Une quarantaine d’actions pour l’Agenda 21 d’Aubervilliers

En France, les Agendas 21 locaux se sont effectivement multipliés ces dernières années. Plus ou moins nourris de propositions concrètes, plus ou moins déclinables concrètement sur le terrain… A Aubervilliers, le choix a été fait de prendre le temps de travailler à un programme particulièrement fouillé. Echanges renouvelés avec les habitants et avec le tissu associatif, consultations diverses, travail d’élaboration des services municipaux, le processus aura pris deux ans. Résultat ? Une somme ! Avec pas moins d’une quarantaine d’actions inscrites au programme dont la moitié réalisable d’ici 2014.

«Ce plan sera validé avant l’été en conseil municipal et l’Agenda 21 rentrera officiellement dans sa phase de réalisation en septembre prochain après présentation publique », explique Michel-Tedjini Maïza, l’adjoint au maire en charge de son suivi.

Que va-t-on y trouver ? Autour de trois axes : Aubervilliers, ville de nature et de santé, Aubervilliers, ville de solidarité, de citoyenneté et d’innovation et Aubervilliers, administration municipale exemplaire, le plan vise à atteindre 10 objecifs. A savoir : s’engager dans la lutte contre le changement climatique, favoriser la nature en ville et la propreté, réduire les impacts de la pollution, prévenir les risques pour la santé, lutter contre les précarités énergétiques, développer l’éducation à l’environnement et à la citoyenneté, aider au développement d’une économie locale durable et solidaire, réduire les impacts environnementaux de l’action municipale, renforcer l’exemplarité de la Ville employeur, mieux adapter les relations de l’administration aux usagers.
Ecoquartier du Fort d’Aubervilliers, sensibilisation aux écogestes, plan de lutte contre le bruit… Sont définies une quarantaine d’actions à mettre en place au regard de ces objectifs. Globalement ou dans les quartiers, transversales ou de détail. Des plus grandes, comme la construction du futur écoquartier du Fort d’Aubervilliers, aux plus petites, comme l’ouverture d’un lieu de nourrissage des chats errants… Création de jardins partagés, projet de ferme biologique à Piscop, installation d’une ressourcerie, développement de la dématérialisation (e-administration), intégration de la problématique de la biodiversité dans les projets d’aménagements, plan de lutte contre le bruit, information renforcée sur les sols pollués, ateliers publics sur les économies d’énergie, aide aux diagnostics thermiques, la liste est longue et on y viendra pas à bout en un article !

Rendez-vous le samedi 6 octobre de 10 h à 12 h 30 en mairie pour en connaître le détail lors d’une grande présentation publique.

Grégory Paoli


Poster un commentaire