Déc 05

Dans le cadre d’un projet européen pilote, les Albertivillariens en situation de précarité énergétique peuvent bénéficier, gratuitement, d’un diagnostic thermique de leur logement. Faitesvous connaître !

« Je paie 115 € d’électricité chaque mois pour mon deux-pièces de 40 m2. Des amis m’ont donc conseillé d’aller au CCAS*. Là, on m’a dit qu’on allait m’envoyer une personne pour faire un diagnostic. » Ce matin d’hiver, dans le petit logement qu’elle loue quartier Paul Bert, Hanina T., 74 ans, attend un « chargé de visites » de l’Institut d’écologie en milieu urbain (Idému).
Depuis février, cette association organise, dans le cadre du projet européen Achieve, des visites au domicile de personnes qui consacrent plus de 10 % de leurs revenus à leur facture d’énergie ou qui ne se chauffent plus, faute de moyens.
Objectif de ce programme pilote mené en France, dans deux territoires seulement (Marseille et les villes de Plaine Commune)  : développer des solutions concrètes pour lutter contre la précarité énergétique.

« A l’aide d’un questionnaire, nous recensons les données du bâti : date des dernières rénovations, type de ventilation, taux d’humidité du logement, etc. », précise Salah Imarazene, l’un de ces chargés de visites.
Chez cette dame, Salah a ainsi découvert que « le tableau électrique du logement n’est plus aux normes : sans commutateur, le chauffe-eau fonctionne en permanence. D’où le montant des factures ! »

Une fois le diagnostic établi, l’expert revient au domicile avec des matériels fournis par EDF, partenaire du projet, permettant de réduire la facture : ampoules basse consommation, multiprises coupeveille, film de survitrage…
En moyenne, 80 € d’équipements sont installés gratuitement dans les foyers visités. A la clef, pour les familles, une économie de 150 € sur la dépense annuelle d’énergie.

Une cinquantaine de diagnostics ont déjà été réalisés à Aubervilliers, « la commune où nous en faisons le plus, précise Julie Solenne, responsable du projet à l’Idému. Cela s’explique notamment par le bon partenariat que nous avons avec la Ville. Les travailleurs sociaux du CCAS ont un rôle de donneurs d’alerte : ils nous adressent les personnes qu’ils estiment en situation de précarité énergétique. »

Consciente des difficultés de nombreux habitants – l’an passé, 1 580 foyers ont demandé une aide financière au CCAS pour faire face à leurs factures d’énergie –, Aubervilliers « s’est engagé depuis deux ans dans un programme de lutte contre la précarité énergétique dont ces visites à domicile ne sont qu’un exemple », y précise-t-on.

 

Aurélia Sevestre
Le 5 décembre 2012

Permanences
Avec un conseiller « info énergie »
Les 1er et 3e mercredis de chaque mois.
Centre communal d’action sociale (CCAS)
6 rue Charron
Tél. : 01.48.39.53.00


Poster un commentaire