Déc 03

AFFICHE-Agenda21-2012-Basse-def« Lutter contre le changement climatique » ; « Favoriser la nature en ville » ; « Réduire les impacts de la pollution sur la santé »… Voici quelques-uns des 10 objectifs, déclinés en 60 actions, qui composent l’Agenda 21.

Un an après leur mise en oeuvre, la réunion publique du 9 octobre, en mairie, a mis l’accent sur des actions emblématiques parmi les 45 % réalisés ou en cours d’achèvement. La première est la création de jardins partagés, inscrite dans l’axe 1 de l’Agenda, à savoir Aubervilliers, ville de nature et de santé. Plusieurs associations locales ont développé un réseau de jardinage associatif sur des terrains prêtés par la Ville. En plus des jardins ouvriers et des jardins pédagogiques dans des écoles, il existe aujourd’hui onze lieux dédiés à cette activité.
« L’élaboration d’une charte des jardins partagés est en projet, a souligné la coordinatrice de cette action. L’idée est de recenser des terrains disponibles pour installer des jardins partagés qui ne seraient pas forcément pérennes. » Tedjini-Michel Maïza, élu en charge de l’Agenda 21, a annoncé qu’une réflexion était en cours avec l’Office public de l’habitat (OPH) et un organisme de formation et d’autoproduction pour associer des familles au jardinage.

Solidarité et citoyenneté

Autre action emblématique de l’axe 2, Aubervilliers, ville de solidarité, de citoyenneté et d’innovation : la Fripouille. Forte d’une cinquantaine de bénévoles et de trois salariés, cette  friperie solidaire ne connaît pas la crise ! « Entre la vente, les ateliers, nos interventions dans les écoles et les échanges avec les habitants, nous aurons touché 13 000 personnes en 2013 », a précisé Diana Drljacic, sa fondatrice. Parmi les actions en cours d’achèvement de l’axe 3 Aubervilliers, administration municipale exemplaire, se trouve la modernisation de l’accueil des usagers. Une nouvelle signalétique est en cours de test ; le réaménagement de l’accueil de l’Etat civil est terminé. « Les 80 agents d’accueil ont été formés et une enquête de satisfaction a été réalisée auprès du public, a précisé le responsable du Service des usagers en mairie. Une fois le diagnostic établi, des actions seront mises en place pour prétendre au label Qualiville. »

Sur la qualité du service public, le maire, Jacques Salvator, a rappelé l’existence d’une astreinte qu’il a qualifiée d’indispensable. « Quand un habitant appelle la mairie à n’importe quelle heure, on décroche. Un gardien assure une astreinte téléphonique de 22 h à 8 h et analyse les appels. Une équipe de médiateurs de nuit vient de prendre ses fonctions de 17 h à minuit. Il y a une profonde réflexion à mener sur le service nocturne car les habitants ont parfois le sentiment d’être abandonnés la nuit. »

Isabelle Camus