Déc 03

agenda21-logo2Dommage que téléphones usagés, vêtements trop petits, tables en bois élimées ou disques démodés atterrissent parfois à la poubelle. Prochainement, un lieu à Aubervilliers pourrait leur donner une seconde vie.

Après réparation et vérification, ils y seraient  revendus à prix modiques, permettant dès lors à chacun de s’équiper sans trop dépenser. Ce lieu, c’est la recyclerie (ou Ressourcerie, nom déposé) communautaire actuellement en préparation, sous l’impulsion de Jean-François Monino, vice-président de l’Agglo en charge des déchets et du recyclage et maire-adjoint de la Ville.

Un site identifié à côté de la déchetterie

Un des objectifs de l’Agenda 21 de la Ville lui est dédié : « Accompagner l’installation à Aubervilliers de la première ressourcerie du territoire de Plaine Commune ». L’ouverture pourrait avoir lieu en 2015, à côté de la déchèterie sous la A86. Ce recyclage aura un impact environnemental. « Nous sommes tenus à une obligation de réduction de 7 % des déchets en 2015 par rapport à 2009 », rappelle Nadir Marouf, responsable du service Déchets à Plaine Commune, pour qui cela complètera d’autres mesures, comme le tri sélectif.

La recyclerie s’inscrit également dans une démarche solidaire. « Il n’y a qu’à voir l’énorme fréquentation de la ressourcerie 2mains au Blanc-Mesnil, aux horaires de vente, pour comprendre l’importance de ce genre d’action. En plus, plus d’une vingtaine d’emplois y ont été créés », relève Valérie Marques, référente du projet à la Ville.

Dans cette optique, Plaine Commune a intégré à la phase préparatoire du projet une douzaine d’acteurs du territoire conciliant activité économique et utilité sociale. Parmi eux, la friperie solidaire La Fripouille, Emmaüs Coup de Main, le chantier d’insertion Initiatives solidaires…  « L’idée est qu’ils puissent être partenaires du projet à terme », ajoute Nadir Marouf.  D’ici quelques mois, un modèle devrait être finalisé par le bureau d’études Cap3C, spécialisé dans l’économie sociale et solidaire, un appel d’offres lancé. La construction du bâtiment pourrait alors s’engager.

Naï Asmar


Poster un commentaire