Fév 03

logo-expertsMoisissures liées à l’humidité, produits ménagers, peintures… L’air intérieur de nos logements est quasiment toujours plus pollué que celui que nous respirons à l’extérieur, même à
proximité d’un trafic routier !

Un véritable problème de santé publique : l’humidité, qui est le premier défaut des logements en France (un sur cinq est concerné), aggrave les symptômes des allergies respiratoires,
rhinite chronique et asthme en tête.

Et vous, respirez-vous un air sain chez vous ? Pour en avoir le coeur net, vous pouvez vous adresser au service municipal Santé-Environnement. Depuis le 19 novembre, ses experts réalisent des visites gratuites à domicile pour sensibiliser les habitants aux différents polluants du logement. Ils établissent un véritable diagnostic au cas par cas, pour donner les  bons conseils.

Locataire rue de la Commune de Paris, Saïd et sa famille en ont récemment profités. Sur le palier, ce père de trois jeunes enfants s’étrangle : « L’humidité s’infiltre par les fissures des murs extérieurs, le propriétaire ne fait rien… Le plafond de la cuisine nous tombait sur la tête ! » Saïd a fini par faire des travaux début octobre : il a cimenté et repeint le plafond de sa cuisine.

Pas sûr que cela tienne longtemps. Et pour cause : « L’humidité, ici, vient moins des murs extérieurs que de la condensation à l’intérieur du logement », juge Nafa Bensaïd, responsable du service Santé-Environnement, à l’issue de la visite.

 Aérer son logement tous les jours 

De fait, l’inspection a permis d’identifier un grave défaut de ventilation du logement : aucune bouche d’aération dans la cuisine par exemple. Or, quand l’air ne circule plus à l’intérieur d’un logement, la vapeur d’eau (toutes nos activités en produisent : cuire des aliments, faire sécher des vêtements, même respirer !) contenue dans l’air se transforme en gouttelettes sur la moindre surface froide. Et cette eau imprègne les murs…

« Dans la majorité des cas, les occupants s’intoxiquent sans le savoir car ils n’aèrent pas suffisamment, souligne Sabrina Idris-Pacha, technicienne Santé-environnement. Certains bouchent même les grilles de ventilation en hiver. Voilà pourquoi nous intervenons en ce moment. » Ses visites  débutent par un rapide questionnaire sur les conditions de vie, l’état de santé et l’âge des occupants (les enfants sont plus sensibles aux allergènes que les adultes). Puis elle vérifie l’état des installations de chauffage et de ventilation.

Selon les situations (occupant asthmatique, allergique, etc.), un kit d’analyse de polluants sera laissé dans le logement : les conclusions du laboratoire permettront d’établir si les habitants sont ou non  exposés à des doses trop fortes pour leur santé. Enfin, une brochure ludique traduite en chinois, en arabe et en anglais est remise aux habitants pour leur rappeler les bons gestes à adopter. Aérer son logement au moins dix minutes par jour, par exemple, même en hiver !

Aurélia Sevestre

SERVICE SANTÉ-ENVIRONNEMENT
31-33 rue de la Commune de Paris.
Tél. : 01.48.39.52.78


Poster un commentaire